Monique Bélanger, Olivier Dugas et Fleurette Doran : Pour le bonheur des aînés

Crédit vidéo : RABQ et la Télévision communautaire des Basses-Laurentides (TVBL)
Article : Patricia Gougeon (RABQ)

Le bien-être de nos aînés est un enjeu de société. Dans les résidences, nombreux sont ceux qui souffrent de solitude. Dans leurs cas, les bénévoles deviennent des alliés plus que précieux. Le Réseau de l’action bénévole du Québec a donc voulu rencontrer trois de ces bénévoles dévoués. Monique Bélanger, Olivier Dugas et Fleurette Doran sont trois bénévoles de la Résidence Berthiaume–Du Tremblay qui fait notamment partie de la Fondation du même nom.

La Fondation a été créée en 1961 par Angélina Berthiaume-Du Tremblay et a débuté ses activités en 1967 afin de répondre aux différents besoins des aînés de l’époque. Aujourd’hui encore, la Fondation offre des services aux personnes âgées en plus de trouver des solutions originales et collectives pour accompagner le milieu communautaire des aînés. Ceci, toujours avec des valeurs d’inclusion, de respect, d’innovation et de partenariat.

Monique Bélanger est une des bénévoles depuis 11 ans. À 65 ans, cette épicurienne a choisi de faire des visites amicales aux résidents ce qui est fortement apprécié. « J’ai été hospitalisée un long moment et je trouvais que j’étais enfermée dans ma chambre. Lorsque les bénévoles venaient me voir, c’était plus intéressant. J’ai aussi accompagné mes parents, j’ai vu la solitude des personnes en hébergement et j’ai choisi de faire quelque chose, ne serait-ce que des visites », confie Mme Bélanger.

Lors de ses visites, Mme Bélanger aime surtout sortir les résidents à l’extérieur pour leur permettre de prendre l’air et voir autre chose que les quatre murs de leur chambre. « Je me considère privilégiée, donc c’est de redonner au suivant. C’est la moindre des choses. Quand on cesse de travailler, c’est bon aussi de garder un agenda et de ne pas rester à la maison, mais égoïstement ça me fait du bien, ça me rend heureuse. J’ai des ailes quand je ressors d’ici. C’est gratifiant. » Le plus difficile pour cette femme engagée c’est lorsqu’il y a un décès chez les résidents. « On s’attache, alors c’est difficile. Quand il y a une perte, on essaie d’aller vers les autres, de leur donner de l’amour et d’en recevoir, c’est la meilleure façon de surmonter une perte. »

Aider son prochain

Fleurette Doran a également un attachement particulier à la Résidence Berthiaume-Du Tremblay puisque ses parents y ont habité. Elle s’est inscrite comme bénévole il y a plus de 30 ans, alors qu’elle a constaté qu’il y avait un réel besoin. La majorité du temps, elle aide les résidents à manger lors des repas. « J’avais du temps libre, j’étais à la maison, alors j’ai décidé de m’impliquer. Parfois, il faut les motiver à manger, certains, ne veulent pas ou ont plus de difficultés. Ici, on est bien accueilli, on est bienvenue comme bénévole, on est utile et apprécié. C’est une belle motivation pour moi », dit-elle.

De son côté, Olivier Dugas a commencé à s’impliquer bénévolement à la Résidence il y a environ 10 ans. À ce moment, il était au chômage et cherchait une façon de s’occuper. Lui qui est horticulteur au cimetière Notre-Dame des neiges, offre aussi de son temps à la Résidence Berthiaume-Du Tremblay au niveau de la physiothérapie. Il aide les résidents à bouger pour améliorer leur souplesse et leur mobilité à travers diverses activités. « Le bénévolat nous apporte beaucoup. C’est très valorisant. Il y a toujours des besoins, et on ne sait jamais lorsqu’on l’on se retrouvera seul. Donner aux gens c’est aussi recevoir en retour plus tard. »

Un moment marquant pour M. Dugas a été vécu avec un des résidents qui souffraient de solitude et était souvent très triste. « Une bénévole est arrivée avec un chien, dès qu’il l’a vu, le monsieur est devenu très souriant, c’était comme s’il voyait son chien. Moi-même j’étais ému de le voir aussi heureux. Ça changeait de tous les jours qui avaient précédé. »

Nos trois bénévoles s’entendent tous pour recommander aux gens de s’impliquer bénévolement, car ils en ressortiront grandis et enrichis. Nous le disons souvent, le bénévolat rend heureux, ces trois personnes en sont une belle preuve.

Retour aux visages des bénévoles

Quoi de neuf au RABQ?

Fiches régionales sur le bénévolat et les bénévoles au Québec

Savez-vous où les gens s’impliquent le plus au Québec ? Quelle est la durée moyenne...
Suite »

Rapport annuel 2017-2018

Le rapport annuel 2017-2018 du RABQ est maintenant disponible. Pour le consulter, ...
Suite »

Nouvelles données sur les bénévoles et le bénévolat au Québec

Le 19 juin 2018, lors de son Assemblée annuelle, le RABQ a présenté son cahier de...
Suite »

Répertoire: rôles et responsabilités des administrateurs bénévoles

Le RABQ est fier de lancer son nouveau Répertoire à l'intention des administrateurs...
Suite »

Mise à jour du Coffre à outils

Le RABQ est ravi d'annoncer la mise à jour de son Coffre à outils! Ce dossier lui a...
Suite »

Participation au Salon de l'immigration 2018

Nous tenons à vous informer que le RABQ participera au Salon de l'immigration le 30...
Suite »