Suzanne Beaulieu : Donner sans compter

Suzanne Beaulieu

Crédit photo : Jean-François Gravel
Article : Patricia Gougeon (RABQ)

Les Prix Hommage Bénévolat-Québec 2018 ont reçu de nombreuses candidatures de gens dévoués, dont celle de Suzanne Beaulieu. Pour 2018, elle est l’une des récipiendaires de Montréal grâce à sa générosité sans borne. Elle consacre aujourd’hui entre 40 et 50 heures de bénévolat par semaine à l’organisme qu’elle a fondé. Le Réseau de l’action bénévole du Québec (RABQ) peut donc la citer en exemple.

C’est en 1995 que Suzanne Beaulieu a fondé l’organisme La Gang à Rambrou qui offre des activités artistiques à des adultes ayant une déficience intellectuelle ou un spectre de l’autisme. Elle travaillait encore à ce moment. D’éducatrice spécialisée, elle est devenue en charge de programme de réadaptation sociale où il y avait des activités de loisirs intégrés. Malheureusement, son mandat a été d’abolir ce programme, car les loisirs n’étaient pas une nécessité. Mais les usagers y tenaient, donc avec un collègue, ils ont transformé le tout en activité de théâtre et c’est ainsi que La Gang à Rambrou a débuté. Mais depuis qu’elle a pris sa retraite en 2011, elle se consacre entièrement bénévolement à son organisme.

Pour elle, les gens ayant une déficience intellectuelle ont besoin de support. Ils vivent de l’exclusion et cela ne faisait pas partie de ses valeurs, elle qui croit à l’inclusion sociale. « Je crois beaucoup au fait que si on s’adapte à eux, ils peuvent apprendre plein de choses, mais pas avec les méthodes traditionnelles. J’ai toujours cru en leur potentiel. Mais c’est de plus en plus administratif dans les établissements, on ne tient plus compte des besoins des clients. Quand j’ai pris ma retraite, je me suis dit que j’allais offrir quelque chose de plus utile. »

La Gang à Rambrou a différents volets maintenant, dont un d’économie sociale où les gens apprennent à créer des costumes et des décors de théâtre. Elle aimerait éventuellement que l’organisme grandisse assez pour verser un salaire à la direction générale et ainsi permettre à des gens de prendre la relève. Elle voudrait plus se consacrer au volet créatif qu’elle aime tant. Heureusement, elle peut tout de même compter sur une belle équipe d’employés, mais aussi sur des bénévoles dévoués.

« Nous sommes de plus en plus reconnus pour la qualité de nos services et de nos programmes. Il y a 80 personnes qui fréquentent l’organisme toutes les semaines, pour faire du théâtre, de la musique, des arts visuels ou l’intégration au travail. Je vois des résultats concrets sur les gens. Ils sont fiers d’appartenir au groupe, il y a moins de troubles de comportements. De voir mes gens évoluer, me rend vraiment fière. Certains sont même passés du côté professionnel. Je continue parce que je vois que ça fonctionne. Je suis témoin des résultats, sans cela, j’aurais abandonné. »

À 63 ans, elle aimerait continuer longtemps de s’impliquer dans La Gang à Rambrou, mais comme mentionné plus haut, elle rêve de pouvoir déléguer la direction générale à un employé et de se concentrer sur les gens et la création. On lui souhaite!

Retour aux visages des bénévoles

Quoi de neuf au RABQ?

Dites merci aux bénévoles!

Le RABQ vous invite à souligner la Journée internationale des bénévoles 2018 en...
Suite »

Période de mise en candidature des prix Hommage bénévolat-Québec 2019

Les prix Hommage bénévolat-Québec sont l’occasion de dire merci aux personnes qui...
Suite »

Fiches régionales sur le bénévolat et les bénévoles au Québec

Savez-vous où les gens s’impliquent le plus au Québec ? Quelle est la durée moyenne...
Suite »

Rapport annuel 2017-2018

Le rapport annuel 2017-2018 du RABQ est maintenant disponible. Pour le consulter, ...
Suite »

Nouvelles données sur les bénévoles et le bénévolat au Québec

Le 19 juin 2018, lors de son Assemblée annuelle, le RABQ a présenté son cahier de...
Suite »

Répertoire: rôles et responsabilités des administrateurs bénévoles

Le RABQ est fier de lancer son nouveau Répertoire à l'intention des administrateurs...
Suite »